Les réseaux sociaux, c’te bonne blague

Cela fait maintenant trop d’années que ça dure. En effet, lorsque les réseaux sociaux sont apparus, on ne pouvait se douter de l’étendue que cela pouvait avoir, autant moralement que socialement. Je vais vous parler ici de mon éxperience, aussi insignifiante soit-elle, mais aussi de l’impact que cela a pu avoir au quotidien, en famille.

Réseaux sociaux, le commencement.

Véritable phénomène, peu importe l’age, la religion, l’origine, le sexe, les réseaux sociaux sont devenus les endroits les plus fréquentés, que ce soit Facebook ou Twitter, Instagram ou Google, c’est « The Place To Be ».

Pour ma part, j’ai commencé tardivement. Parce que je ne voyais pas l’interêt de partager avec des inconnus mes états d’âme, mes émotions ou humeurs du jour. Mais avec le temps j’ai pu découvrir que c’était un bon moyen de communiquer avec ses amis et sa famille. Doucement mais sûrement a donc débuté mon aventure sur le plus connu d’entre eux : Facebook.

Ce que l’on ne sait pas quand on commence, c’est que l’on y prend vite goût, on y passe beaucoup de temps, on apprend à connaître des gens, on en découvre des nouveaux et le revers de la médaille peut faire froid dans le dos.

Car oui, ces réseaux sociaux peuvent être dangereux, de plusieurs façons et à divers degrés.

Les dangers des réseaux sociaux

On pense tout de suite aux ados et aux personnes malintentionnées qui pourraient faire du tort, mais là n’est pas le seul danger.

Partager les photos de vacances, les visages de ses enfants, le montant de son salaire ou prime, sa colère politique ou professionnelle. Tout est bon pour jouer contre vous. Alors oui, ma famille me demande souvent des photos des enfants, mais la règle est claire : Aucun visage découvert ! Les photos envoyées sur Facebook ne vous appartenant plus, libre à n’importe qui de les utiliser à mauvais escient. Vous avez passé une journée de merde au boulot ? Vous avez la rage contre votre pseudo boss de 10 ans votre cadet ? Gardez ça pour vous, votre employeur peut et est en droit d’utiliser ça contre vous.

Même vos goûts musicaux peuvent engendrer un torrent de merde venus de Trolls qui n’aiment rien d’autre que critiquer tout et tout le monde. Ha oui, les « Trolls », c’est le joli nom que l’on donne à ces gens que tu ne connais pas et viennent critiquer, insulter, pourrir tout ce que tu dis ou fait. Parce qu’ils savent tout mieux que tout le monde et qu’ils sont bien plus instruits, ça se sait…( Ou juste comme ça, parce qu’ils avaient envie )

De son côté, Twitter a aussi son lot de dangers et cruautés variés, sauf qu’ici, c’est réduit en 140 caractères et les comptes peuvent se protéger et gagner en confidientialité…enfin presque.

Les « amis » des réseaux sociaux

L’une des particularités de ces réseaux dit sociaux, c’est la possibilité de se faire de nouveaux amis. Des amis virtuels. Ce que j’appelle des « pseudo amis ». Parce que c’est bien beau d’avoir des amis sur qui on peut compter quand ça ne va pas, ces amis nous récomfortent et nous conseillent, de leur expérience car ils connaissent bien tel ou tel sujet pour l’avoir vécu ( cf les « trolls » ). Ces « amis peut-être » semblent de bon conseil quand c’est ce que nous avons besoin d’entendre, mais comment avancer dans sa vie en imitant celle des autres ?

Là où je veux en venir, c’est qu’à force d’écouter déblatérer des conneries, vous finissez vous même par y croire. Pour ma part, ça a détruit mon couple. Alors oui, j’ai mes torts et mes défauts, c’est pas le sujet, mais j’en ai vu passer des insultes gratuites, des conseils morbides ou des idées lumineuses sur une histoire qu’ils ne connaissent pas, ou qu’une partie en tout cas puisqu’ils n’ont qu’un fragment de l’histoire, une seule version…

Les vrais amis ne donnent pas de mauvais conseils, ne comparent pas à leur vécu et surtout n’incitent pas à la haine quand elle n’a pas lieu d’être ( violence conjugale, viols… ). Si vraiment vous voulez être ami proche, proposez un verre, un récomfort en calins doudou, un rendez-vous à l’extérieur pour sortir du quotidien ou de la routine. Mais votre opinion fondée sur la présomption, ce n’est que supposer avoir la solution. A ce point, Twitter a donc bien mis un terme à ma relation de couple, que tout était sauvable et réparable.

Et pour conclure ?

Oui c’est pratique, ça permet de faire des rencontres ou de communiquer avec sa famille, avec des marques, des services après-vente ou techniques. On peut trouver de l’aide pour tout et n’importe quoi, quand on cherche un logement de fortune, un voyage de dernière minute ou une rencontre avec une « amie virtuelle » que l’on attend depuis longtemps. Qui sait, vous pourriez rencontrer le grand amour, si vous en avez besoin, je vous le souhaite de tout coeur.

Et NON, ce n’est pas un endroit sûr, ni pour votre entourage ni pour vous même ou vos proches. Mon expérience ne doit pas servir d’exemple ou vous donner la marche à suivre, ni même vous influencer, mais vous informer. Je pourrais être aigri, fâché, fou de rage…je vais juste me contenter de respecter la vie privée de mes enfants, ma famille, mes amis, les vrais, et me retirer de certains réseaux sociaux…ceux qui m’ont éloigné du bonheur de ma vie, impuissant.

Alors tu te sens concerné ? Touché ? Empathique ? Voire même vexé ? Si tu veux en parler et donner ton avis, c’est le moment 🙂

réseaux sociaux

Maxi, dé-tribuifié

Rendez-vous sur Hellocoton !

2 commentaires

  1. linemourey dit :

    Prudence est le maître mot des réseaux sociaux !
    http://la-parenthese-psy.com/

    1. Maxi dit :

      La prudence ne suffit pas toujours, et en parler permet aussi parfois d’ouvrir les yeux 🙂

Une petite bafouille ?

buzzoole code
%d blogueurs aiment cette page :